Report

Back

Guislain's account of his visit to the Ospedale L'Albergo Reale dei'Poveri, Naples (1838)

Location: Piazza Carlo III, Via Foria, Naples, Kingdom of the Two Sicilies

Guislain wrote about his visit to the Ospedale L'Albergo Reale dei'Poveri on pages 175-177 of his Lettres Médicales sur l'Italie avec Quelques Renseignements sur la Suisse: Résumé d'un Voyage fait en 1838, Adressé à la Société de Médecine de Gand (F. & E. Gyselynck : Ghent 1840).

Guislain reports that the Ospedale L’Albergo Reale dei’Poveri was an enormous institution, accommodating almost four thousand children, most of them orphans, between the ages of seven and eighteen years, as well as a smaller number of elderly people and invalids. It was an elongated building with a central part in the shape of a Saint Andrew's cross. Guislain described its long façade (a thousand feet long with sixty-two windows) and the magnificent staircase at its entrance. ‘Every element of this building is impressive’, he enthused.

Guislain’s visit coincided with dinner-time at the institution. The residents were given a daily allowance of four ounces of bread, a quarter litre of wine, four ounces of beef, chicken soup and four and a half ounces of pasta or rice with a little salt. During the day, the younger children were schooled (the boys receiving a military education), and older ones work in carpentry, shoe repair, tailoring, printing or manufacture of small arms. At night, residents slept on simple beds made of planks but probably perfectly comfortable when covered with the type of very soft mattress used in Italy. Guislain noted that education for deaf-and-dumb children was based on the so-called Lancaster Method, a system of peer tutoring which he knew to be employed by the Dutchman Corado Haman, and regarded as extremely successful.

Extract

l'Albergo Reale de' Poveri, immense hospice contenant… près de quatre mille… garçons et filles… dont la plupart sont orphelins. Les enfants y sont reçus après l'âge de sept ans, et y restent jusqu'à dix-huit. On y admet aussi des vieillards infirmes et incapables de travailler. --- L'édifice… forme un carré long dont le centre comprend des bâtiments en forme de croix de St.-André… Il présente de front, sur une étendue de mille pieds au moins, soixante-deux grandes fenêtres… L'entrée principale… se fait remarquer par un superbe escalier… Tout est imposant dans ce bâtiment… Lors de ma visite, le dîner était servi… La nourriture était indiquée par un ordre du jour : quatre onces de pain par jour, un quart de carafon de vin, quatre onces de viande de bœuf; soupe à volonté; quatre onces et demie de macaroni, ou bien trois onces de riz; une demi-once de sel… Le lit est composé d'un seul support en fer… sur lequel reposent deux planches… Dans nos contrées, il serait impossible de trouver une position commode sur une couche dont le fond est si dur; mais en Italie… on s'y sert de feuilles de maïs; même dans les maisons le mieux tenues, on en fait de fort bons matelas de fond… Cet établissement est destiné à assurer le sort des orphelins et à leur donner une éducation… On leur apprend à lire, à écrire, à chiffrer… Il y a huit divisions en tout, comprenant de vastes ateliers de charpentiers, de cordonniers, de tailleurs, ainsi qu'une armeria et une fabrique d'épingles. On y trouve une fonderie de caractères typographiques et une imprimerie… J'ai vu avec grand intérêt la division des sourds et muets de cet institut, enseignés d'après la méthode Lancasterienne, et d'après celle de Corado Haman, hollandais… et il me fut facile de voir qu'on y avait porté la méthode à une grande perfection… Tous les garçons apprennent l'execice militaire.