FacebookTwitterGoogleNewsPersonTripAdvisor

Report

Back

Guislain's account of his visit to the Ospedale SS. Giovanni e Paulo, Venice (1838)

Location: Castello 6777, Campo SS. Giovanni e Paulo, Venice, Kingdom of Lombardy-Venetia

Guislain wrote about his visit to the Ospedale SS. Giovanni e Paulo on pages 246-252 of his Lettres Médicales sur l'Italie avec Quelques Renseignements sur la Suisse: Résumé d'un Voyage fait en 1838, Adressé à la Société de Médecine de Gand (F. & E. Gyselynck : Ghent 1840).

Guislain wrote a comprehensive description of the 600-bed hospital, concentrating upon the separate building that was designed as temporary accommodation for the female mental patients. At the time of Guislain’s visit, M. Valentini Fasseta, the physician in charge of the hospital, happened to be away on a visit to Germany. Guislain reported that his stay in the common rooms was not pleasant because patients used the bins in the rooms as toilets.

Guislain approved of the use the hospital made of observation rooms, used for the examination of new patients, remarking that he would like to see such rooms in every hospital. He was less impressed by the practice of giving patients coloured ribbons to wear over their shoulders (russet red - laque - for mania, blue for monomania, green for melancholia, orange for idiotism, and so on), seeing it as an abuse of scientific knowledge. He feared that patients would begin to label each other as idiots and psychotics. Guislain also strongly opposed the grouping of patients by diagnosis, believing that there was no evidence that it had any positive effects. Wards containing patients with the same mental symptoms might, he believed, encourage the persistence and spread of these symptoms; patients would be better off living among patients with a range of different diagnoses. In support of this view, Guislain cites Dr Carl Jacobi, director of Siegburg Asylum, who came to the same conclusion after observing a ward of suicidal patients in Wakefield Asylum in England.

Guislain expressed his disapproval of the size and state of the hospital’s dormitories, regarding them as principal causes of agitation and insomnia among patients. During his visit he witnessed a large number of patients stripped to the waist, shouting profanities and screaming uncontrollably. On the maniacal patients’ ward on the Ospedale’s upper floor he saw patients confined to their beds - sometimes even tied to it by means of a kind of straitjacket Guislain had never seen before - a state of affairs he describes as revolting. Guislain stated his preference for smaller dormitories or separate cells, an arrangement which he knew to be gaining ground in England at that time. Aware that the Ospedale civile’s buildings were in a poor state, and that it possessed hardly any outside space, he refused to blame conditions inside upon the management of the hospital.

Guislain remarked on the apparent rarity of cases of general paralysis of the insane - paralysie générale - in Italy as opposed to the countries of northern Europe, and advances a number of moral, social and medical theories to account for this difference. In reporting on the Ospedale civile, he also described a macabre collection of deceased patients’ skulls in the doctors’ offices, which - unlike the skulls of criminals he had seen in collections elsewhere - showed hardly any striking features. He also found the hospital’s collection of accurate patient statistics worthy of note.

Extract

Actuellement les femmes aliénées sont logées à l'hôpital Saint-Jean et Saint-Paul, où elles occupent un bâtiment spécial… M. Valentini Fassetta est chargé du service de cet hôpital; il voyageait en Allemagne au moment où j'étais à Venise… Les salles de réunion et les dortoirs sont spacieux, mais ce qui en rend le séjour désagréable, ce sont les bacs dans lesquels les malades déposent leurs ordures… J'y trouvai des salles d'observation pour les cas récents, excellente disposition qu'on aimerait à voir dans tous les établissements… Ainsi, chaque aliénée porte de petits galons en guise d'épaulettes, indiquant par une différence de couleur le genre de folie dont elles sont atteintes. Le laque annonce la Manie, le bleu la Monomanie, le vert la Mélancolie, et l'orange l'Idiotisme… on cherche en vain l'utilité scientifique d'une telle pratique, et ce n'est pas sans peine qu'on y voit les employés et les malades même indiquer du doigt et avec empressement la couleur du délire: "Queste sono furiose, quelle stupide."… pour ma part, je l'ai abondonné depuis long-temps, car il m'a paru que des aliénés réunis, tous atteints d'un même genre de maladie, par exemple tous mélancoliques, exercent les uns sur les autres une influence défavorable… C'est ce que M. Jacobi a trés-bien fait sentir en parlant de l'établissement de Wakefield en Angleterre, où il a observé que les malades prédisposés au suicide exercent les uns sur les autres un fâcheux effet… nous croyons qu'il vaut mieux consulter les faits pratiques et surtout l'influence bonne ou mauvaise qu'amène le contact des aliénés entre eux… A l'étage supérieur, sont les maniaques liées dans leur lit, et on ne saurait s'imaginer rien de plus pénible à voir que les femmes de cette division:… produisaient sur moi… On y emploie un moyen de répression que je n'ai trouvé nulle part: c'est une toile forte… une impression stupéfiante. En citant ce fait, je suis bien loin d'en faire un motif d'accusation dirigée contre ceux qui administrent cet établissement: l'état des choses émane de la mauvaise disposition des localités, qui commande la nécessité de renfermer les malades dans des salles et de les lier dans leurs lits, pour peu qu'elles soient agitées ou tumultueuses, vu que les cours et les jardins manquent, et… Les malades y dorment ordinairement mal… les établissements d'Angleterre, ayant partout un grand nombre de cellules et peu de dortoirs communs, offrent des dispositions que nous croyons favorables au salut de ces malades. Il est vrai, en France on goûte davantage les dortoirs communs… Il n'y avait que huit épileptiques et une paralytique. --- Ainsi, partout en Italie on constate cette absence de paralysie générale… Ceci doit dépendre sans doute de la complexion physique des maladies… Ne pourrait-on pas chercher cette cause dans le tempérament… plus sanguin dans le Nord que dans le Midi, et surtout dans une complexion encéphalique plus humide, plus albumineuse dans les contrées du Nord?... Dans le cabinet du médecin, on m'a montré une collection de crânes d'aliénées mortes dans cet établissement, mais qui, comme partout, ne fournissent pas de données utiles dans l'appréciation des maladies mentales. Ces données seront toujours plus sûres et plus curieuses, recueillies dans des prisons que dans des établissements d'aliénés… J'ai vu avec une grande satisfaction les régistres statistiques de l'établissement… dans lesquels j'ai rencontré un soin de rédaction et d'ordre.