FacebookTwitterGoogleNewsPersonTripAdvisor

Report

Back

Guislain's account of his visit to the Ospizio di Sanità per la Cura e Custodia di'Pazzi, Milan (1838)

Location: Strada San Vittore, Milan, Kingdom of Lombardy-Venetia

Guislain wrote about his visit to the Ospizio di Sanità per la Cura e Custodia di'Pazz on pages 262-270 of his Lettres Médicales sur l'Italie avec Quelques Renseignements sur la Suisse: Résumé d'un Voyage fait en 1838, Adressé à la Société de Médecine de Gand (F. & E. Gyselynck : Ghent 1840).

At the time of Guislain’s visit, Dr Riboni and M. Du Four were in charge of the Ospizio di sanità per la cura e custodia di’Pazzi, and the hospital accommodated 40 female and 80 male patients. Guislain wrote a positive and detailed report, concluding that the hospital had improved in many ways since M. Brière de Boismont visited it. Male and female patients were accommodated separately from each other and each ward has a separate entrance and access to shady courtyards and gardens. The hospital provided an ample choice of activities, entertainment and games for its patients. It had a library but no workshops.

Guislain provided a relatively comprehensive description of the means of coercion in use, including a set of tongs placed between the teeth of patients who were unwilling to eat. Deadly nightshade was sometimes administered to manic patients, and psychotic patients isolated in a dark room. Guislain regarded Dr Riboni as a good physician with highly developed observational skills, a practical approach, and a commitment to develop understanding of mental illness and to improve the lot of patients. M. Du Four acted as an internal inspector of the hospital, ensuring that hospital rules and standards are maintained. Guislain’s overall impression is of the absence of noise and agitation in the wards, saying that the sense of order and decorum throughout the hospital make it one of the best he had ever seen.

Extract

Établissement pour les Aliénés de Du Four, Ospizio di Sanita per la cura e custodia di' Pazzi, par M. le docteur Riboni et M. Du Four, propriétaire de l'établissement… Les hommes logent à droite, les femmes à gauche, et on arrive dans chacune des divisions qui leur sont affectées, par une entrée particulière.

Chacune des deux divisions forme un bâtiment ayant une cour centrale séparée des jardins… On a recours dans cet établissement à de nombreux moyens de distraction… On éprouve de la difficulté à faire travailler les malades; mais ils s'amusent au jeu, il ont un cosmorama… ils jouent aux cartes, au domino, aux dames… ils ont une libreria de livres choisis… Je vis dans cet établissement un instrument destiné à ouvrir la bouche des aliénés qui refusent de manger… C'est un petit appareil en fer, une pince à leviers, formée de deux tiges effilées basculant et s'écartant au moyen d'une vis… M. Riboni m'a dit employer avec un avantage réel dans les cas de manie et autres, la belladona in refracta dosi… M. Riboni est partisan de l'isolement dans la chambre obscure… Ce médecin se livre entièrement à l'observation et à la pratique des maladies mentales… M. Riboni est un homme actif, zélé et, ce qui plus est, ingénieux pour tout ce qui peut améliorer la position des aliénés confiés à ses soins. J'ai trouvé en lui un médecin au fait de la science… M. Du Four exerce les fonctions d'inspecteur… Partout j'ai rencontré de la tranquillité parmi les malades, pas d'agitation, de l'ordre et une propreté extrême… Telles sont les pricipales dispositions de cet institut, qui de tous les établissements d'Italie… est celui que j'ai trouvé la mieux tenu.