Report

Back

Guislain's account of his visit to the Ospedale de Pazzarelli (Il Regio Manicomio), Turin (1838)

Location: Via Giulio, Turin, Kingdom of Sardinia

Guislain wrote about his visit to the Ospedale de'Pazzarelli on pages 115-122 of his Lettres Médicales sur l'Italie avec Quelques Renseignements sur la Suisse: Résumé d'un Voyage fait en 1838, Adressé à la Société de Médecine de Gand (F. & E. Gyselynck : Ghent 1840).

At the time of Guislain’s visit, Ospedale de’Pazzarelli housed 375 patients. Its building had been financed by private donations. Guislain described an ‘H’ shaped building situated within, but separated by a high wall from the rest of the city of Turin. The central part of the building was devoted to administration, medical practice and linen-rooms. Its branches had long hallways giving access to wards and dining halls, the ground floor being reserved for agitated patients. While the proportions of the building were pleasing from an architectural point of view, to Guislain it did not appear to provide patients with enough space, privacy, or quiet, or do much to facilitate their recovery. Guislain commented on the magnificence of fittings (such as the white marble baths; the mechanical system enabling patients’ food to be transported from the kitchens to the wards; and even the window bars, the product of elaborate ironwork) and on the fact that the walls of the hospital’s reception room had been painted by a patient.

According to Guislain, the patients were grouped and accommodated separately as follows: incurably ill, seriously manic patients, quiet patients, epileptics and paying patients. Religious melancholia, and ‘demonomania’ were common diagnoses, general paralysis of the insane rare.

During his visit, Guislain met medical superintendent M. M. Bertolini, but not his assistant Dr Giovanni Stefano Bonacossa (who later became an eminent psychiatrist in his own right). He described a new calming therapy developed at the hospital for agitated and maniacal patients, which Bertolini called the ‘bains narcotique’. Various plants, bay leaves, deadly nightshade and rough chervil are boiled and put in patients’ baths. Bertolini discussed other therapies with Guislain - la méthode rasorienne, cold baths and compulsory confinement - but claimed to have experienced most success with his method.

Extract

L'Ospedale de' Pazzarelli, il regio manicomio… fut seulement ouvert aux aliénés en 1834… Le plan de ce nouveau local a été fourni par le Chevalier Talucchi, le même, m'a-t-on dit, qui a fait l'hôpital Saint-Louis… Je trouvai dans ce pieux établissement 375 aliénés… L'érection de cet établissement est due en grande partie à des legs particuliers… L'emplacement se trouve dans la ville, mais dans un endroit écarté… circonscrit par un mur peu élevé… Au milieu de l'enclos… est l'établissement… constituant un carré oblong en forme d'H… Le centre est occupé par le personnel de l'administration: il renferme les appartements réservés aux médecins, les magasins, les dépôts de linges, etc… La disposition des étages est telle qu'il y a, au milieu… un vaste corridor, qui sert en même temps de réfectoire et de salle de réunion. Les cellules, les dortoirs viennent s'ouvrir dans cette salle-corridor par des portes spacieuses… On m'a dit que ce souterrain sera habité par les alienés agités et les furieux… Les bains, en marbre blanc, sont superbes… Une mécanique à poulies sert à monter les aliments de la cuisine aux étages… Le classement des aliénés est comme suit: - Incurables. - Manie furieuse. - Aliénés tranquilles. - Épileptiques. - Les pensionnaires occupent les bâtiments qui terminent les ailes latérales. - La Manie constitue un caractère dominant dans cet établissement. La Paralysie générale y est fort rare. La Mélancolie religieuse s'y présente fréquemment… La Démonomanie y est fréquente… C'est M. le docteur Bertolini qui occupe le premier emploi… M. Bertolini a créé un traitement tout spécial, que je n'ai trouvé nullepart et qui consiste dans des bains narcotiques, dont l'emploi est adapté, surtout par lui, au traitement des aliénés agités et des maniaques… Un appareil à coction est destiné à l'ébullition des plantes, composées d'hyosciamus, de lauriercerise, de belladone, de ciguë, etc., qu'on emploie dans la proportion de deux livres de décoction pour un bain… on observe toutefois qu'ils deviennent dociles en peu de temps… On a quelquefois employé avec succès les bains froids dans les pertes séminales. - Je vis des malades soumis à la méthode Rasorienne… Nous ajouterons toutefois que la disposition des salles-corridors nous a semblé défectueuse: elles constituent des points de réunion qui nous ont paru devoir trop concentrer les aliénés… les malades qui sont dans leurs chambres, participent à tous les bruits que font les aliénés réunis dans ces lieux… cette agitation n'est guère propre à porter dans leur esprit, ce calme.